Les aides financières de la région quand on est étudiant

Pour mieux assurer son insertion professionnelle, un jeune étudiant a besoin de passer par les études supérieures. Les jeunes diplômés pourront ensuite contribuer au développement économique d’un pays en disposant d’un emploi stable ou en devenant entrepreneur.

Toutefois, selon le niveau de vie des familles, poursuivre ses études peut être compliqué. En effet, les universités ne sont pas toujours à proximité. De ce fait, les charges peuvent être élevées. Logement, nourritures, manuels scolaires ne sont que des exemples d’éléments constituant les dépenses obligatoires d’un étudiant.

En vue de faciliter la vie des jeunes et d’aider les familles, l’État, ainsi que divers organismes publics et privés mettent en œuvre des solutions. Ainsi, selon les régions, des aides financières sont proposées.

Bourses universitaires

Il existe des bourses universitaires accessibles selon des critères sociaux. Elles ont pour but d’aider les étudiants issus de familles modestes. Ces mesures sont attribuées en fonction de trois facteurs : les revenus du foyer, la distance entre le domicile familial et du lieu d’étude, ainsi que le nombre d’enfants à charge dans la famille.

L’étudiant qui demande cette aide financière doit avoir un âge de 28 ans au maximum. Les bénéficiaires de bourses sur critères sociaux (BCS) ont également droit à une exonération des droits universitaires. Les BCS peuvent avoisiner la somme de 6 661 euros par an.

Pour compléter les BCS, les étudiants de moins de 28 ans ayant obtenu la mention très bien au baccalauréat bénéficient de l’aide au mérite. Il s’agit d’une somme entre 900 et 1800 euros par an, selon la situation de l’étudiant.

Aide au logement

Étant donné la difficulté pour l’étudiant de trouver une habitation décente qui offre les conditions optimales pour y séjourner et étudier, des aides par rapport au logement sont mises en place. Il y a, par exemple, ce que l’on appelle ALS ou Allocation au Logement Social.

L’aide est variable en fonction des ressources à disposition de l’étudiant et considère le montant du loyer. Elle dépend aussi de la nature du logement et de sa localisation. Pour solliciter l’ALS, un étudiant doit se rapprocher de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) de sa région. Il peut déjà se renseigner sur le site de cette institution. Certaines conditions doivent déjà être pensées.

Parmi elles, le fait que la maison soit apte à offrir un niveau de confort correct. Aussi, le bail et la quittance doivent être établis au nom de l’étudiant.

Concernant l’hébergement de l’étudiant, il y a également l’APL (Aide Personnalisée au Logement). Elle est attribuée à un locataire d’un logement conventionné, dont HLM et cités universitaires. Certains facteurs influent sur ces aides par rapport au logement, selon les régions et départements. Pour plus de renseignements, mieux vaut se rapprocher des bureaux de la CAF.

En outre, il existe d’autres formes d’aides telles que les aides d’urgences, les aides aux étudiants non boursiers, les aides pour les étudiants internationaux. Les aides d’urgences sont dédiées aux étudiants qui rencontrent des difficultés financières. Ce sont des mesures ponctuelles. Pour en bénéficier, certaines conditions doivent être respectées.

Aides sous forme de prêts

Les étudiants âgés de moins de 28 ans peuvent se voir accorder un prêt d’une somme jusqu’à 15 000 euros auprès des banques partenaires de BPI France. C’est l’État qui se porte garant de ces prêts. Ainsi, il n’y a ni conditions de ressources ni demande de caution. Même les non-boursiers peuvent solliciter cette forme d’aide. Le remboursement est facilité et peut même aller jusqu’à 10 ans.

En vue de mieux tracer son parcours universitaire, un étudiant doit être informé de ses droits. Bien que de nombreuses Universités organisent des séances de communications et d’informations sur le sujet, il est nécessaire de faire preuve d’un maximum de curiosités et de s’informer à l’avance.